Actualités Norvégiennes

Polémique autour de la composition du Comité Nobel de la Paix

.shadow css classA quelques jours de la remise du prochain prix Nobel, la polémique fait rage.

Raymond Johansen, un haut responsable du parti travailliste norvégien appelle à un changement dans la constitution du comité qui délivre chaque année le Prix Nobel de la Paix.

Il a déclaré au journal Dagens Næriingsliv (DN) jeudi dernier que certains dirigeants de pays étrangers se posent la question de l'influence des politiciens norvégiens sur le Comité Nobel. Le Comité Nobel est autonome comme l'avait souhaité Alfred Nobel mais le fait que cinq personnes sont choisies par le Parlement norvégien (Storting), cela conduit à des malentendus.

Le Storting a intégré le prix Nobel en 1897 et le premier prix Nobel de la Paix a été décerné en 1901. Les membres du comité Nobel ont depuis été choisi pour refléter la composition politique du Parlement après chaque élection, même si Nobel lui-même n'a pas établi de tels critères.

En pratique, le Comité Nobel norvégien est composé presque exclusivement d'anciens politiciens, choisis par les partis représentés au Parlement. Le comité actuel, par exemple, est entièrement composé d'anciens membres du Parlement et les ministres du gouvernement norvégien, avec deux membres du Parti travailliste (Thorbjørn Jagland et Sissel Rønbeck), un membre du Parti conservateur (Kaci Kullman Five), un membre du Parti du Progrès (Inger-Marie Ytterhorn) et un membre du Parti socialiste de gauche (Agot Valle).

La composition du comité a déjà été remise en question mais aujourd'hui Raymond Johansen pense qu'une "discussion" et des changements potentiels seraient importants. Il a affirmé qu'il ne parlait pas au nom du Parti travailliste, avec qui il n'a par ailleurs pas discuter du sujet, mais il pense personnellement que c'est "à la fois légitime et nécessaire" afin de s'assurer que le prix est vraiment compris comme un prix de paix indépendant et non le reflet de la politique étrangère en Norvège."

Il a nié que son appel n'était pas lié aux deux dernières remises de prix. En 2009, le choix du président américain Barack Obama avait été très controversé. L'année dernier, le choix du dissident chinois Liu Xiaobo a conduit à une année de crise diplomatique entre la Norvège et la Chine.

Renforcer l'indépendance du prix

Raymond Johansen indique qu'il existe une "sentiment international" dans le fait qu'il y a un lien entre la politique étrangère en Norvège et l'attribution du Prix de la paix, ce qui n'est absolument pas le cas.

Il comprend pourquoi une telle impression a émergé au fil des ans. Le Comité étant constitué d'anciens politiciens, il est donc difficile de voir le Comité indépendant des autorités norvégiennes.

L'année dernier, "il n'y a aucun doute" que le gouvernement chinois a eu cette impression, même si il se trompe. Raymond Johansen a insisté sur le fait que le Comité Nobel norvégien est complètement indépendant.


Contre attaque du chef du Comité Nobel

Suite aux déclarations de Raymond Johansen, Thorbjørn Jagland, chef du Comité Nobel norvégien, a fermement défendu l'indépendance de la commission qui attribue le Nobel de la Paix.

Thorbjørn Jagland a déclaré dès le lendemain : "Je suis peut-être le Norvégien qui voyage le plus dans le monde en ce moment, et je n'ai jamais entendu dire dans d'autres pays que les décisions du comité (Nobel) étaient assimilées à la politique étrangère en Norvège".

Thorbjørn Jagland, ancien Premier ministre et ministre des Affaires étrangères du Travail, a dit "que la chose la plus importante est de trouver de nouveaux membres indépendants." Il ne pense pas que d'anciens politiciens sont moins indépendants que les soi-disant «experts» sur les questions liées à la paix.

Alors que le responsable de l'Institut Nobel, Geir Lundestad, a catégoriquement refusé de commenter sur la façon dont le comité Nobel devrait être constitué, indiquant que c'était au Parlement de décider, Thorbjørn Jagland avait moins de réserve. "Je considère comme totalement surréaliste qu'il y ait un débat sur l'indépendance du comité Nobel quand je pense à l'énorme pression que nous avons subit l'année dernière, se référant à la décision d'attribuer le Prix au dissident chinois Liu Xiaobo, qui exaspéré le gouvernement chinois. Les autorités chinoises ont refusé de faire la distinction entre la décision du comité et la politique étrangère en Norvège, et ont gelé les relations diplomatiques avec la Norvège depuis.

Curieux débat

Le débat sur l'indépendance et les membres du comité Nobel est particulièrement curieux quand on sait qu'il vient du parti travailliste, parti qui a lui même désigné Thorbjørn Jagland comme responsable du Comité.

Les deux premiers prix Nobel de la Paix décerné sous la direction Jagland, pour Obama, et Liu, ont été très controversés. Ce dernier coûte cher au gouvernement norvégien en raison des relations glaciales avec la Chine. Johansen et le gouvernement travailliste souhaiteraient enterrer la hache de guerre avec la Chine. Certains politiciens se demande si l'initiative de Johansen ne serait pas en réalité une tentative pour apaiser les Chinois juste quelques jours avant l'attribution du prochain prix Nobel de la Paix.

Le Nobel de la paix à une femme ?

Malgré toutes ces polémiques autour de la composition du Comité Nobel de la Paix, les membres ont arrêté leur choix vendredi dernier et sera annoncé le vendredi 7 octobre pour être décerné le 10 décembre comme chaque année.

C'est un classique à l'approche de l'annonce du prix Nobel de la paix, les spéculations vont bon train. Cette année, c'est le printemps arabe qui attire les regards. Et nombre de femmes ; arabes, afghane, russe ou libérienne.

Le nom de la bloggueuse Tunisienne Lina Ben Mhenni revient souvent. Lina ben Mhenni, qui avait commencé à critiquer le régime de Ben Ali bien avant le début du soulèvement de décembre 2010, a tenu la chronique de la révolution sur son blog "A Tunisian Girl" et en a tiré un livre : "Tunisian girl, blogueuse pour un printemps arabe" (Indigène éditions). "C'est une musulmane modérée, une femme, dont la récompense constituerait un soutien aux médias sociaux (dans la diffusion des révoltes populaires) et au Printemps arabe".

D'autres noms circulent comme L'Egyptienne Israa Abdel Fattah ou encore la Russe Svetlana Gannushkina.



Info/ traduction @ Laëtitia


Commenter cette actualité sur le forum



Toutes nos actualités norvégiennes par rubriques

CULTURE
DIVERS
ECOLOGIE
ECONOMIE
EDUCATION
INSOLITE
JUSTICE
METEO
MONDE
PEOPLE
POLITIQUE
SANTE
SPORT