Le Pole Emploi norvégien invite les ingénieurs à travailler à l'étranger - Norvège Actualité

Norvege-fr.com

Le Pole Emploi norvégien invite les ingénieurs à travailler à l'étranger

Suite à la baisse d'activité dans l'industrie pétrolière et à la vague de licenciements dans le secteur, plus de 10 000 emplois auraient déjà disparu dans le secteur depuis l'an dernier. La NAV (le Pole Emploi norvégien) indique que le chômage parmi les ingénieurs en pétrole aurait augmenté de 200% depuis l'an dernier à la même époque, et les économistes estiment que la situation devrait empirer.

Stavanger, la capitale norvégienne du pétrole, est sans doute la ville la plus touchée, si bien qu'une délégation d'entreprises danoises viendra en juin faire une présentation des emplois disponibles. Le directeur de la NAV dans la région du Rogaland espère que cela amènera de bonnes nouvelles :

- Je crois que certains penseront que c'est intéressant, et qu'après tout ce n'est pas plus loin qu'Oslo, alors peut-être réfléchiront-ils à commuter la semaine pour aller travailler.

La boucle pourrait ainsi se boucler : après avoir recruté des ingénieurs à l'étranger pour des entreprises norvégiennes, le processus pourrait se dérouler à présent dans l'autre sens.
- Ils préfèreraient sans doute être à Stavanger s'ils pouvaient, mais le marché du travail est vraiment très difficile ici pour les ingénieurs.

Dans le Sørlandet, le sud de la Norvège, on regarde également du côté des voisins danois :
- Nous sommes en contact avec nos collègues à Aalborg et Hjørring. Ca peut être intéressant d'organiser un salon de l'emploi avec des entreprises danoises, qui recherchent en particulier des ingénieurs en informatique et télécom, dit Per Lund, directeur de la NAV dans le Vest-Agder.

Hilde-Marit Rysst du syndicat Safe pense que c'est peut être une bonne nouvelle, mais précise que cela peut être un véritable défi à relever :
- Ça a l'air très intéressant, mais bien sur il y aura des défis à relever pour ceux qui ont une famille et une maison. Mais si les entreprises danoises ont besoin de ces ingénieurs, elles auront peut-être des solutions à apporter pour les recruter, dit-elle.

En Norvège, la situation est telle que l'on est obligés d'accepter un job que la NAV offre si l'on est chercheur d'emploi, et Nordahl acquiesce que ce n'est pas une solution très durable. Il est probable que les frontières feront que personne ne sera obligé d'accepter un travail au Danemark si la NAV en propose un.

Et pour un petit moment, c'est peut-être "super confortable d'être ingénieur norvégien au Danemark".
- On ne parle pas du reste de votre vie, mais peut-être d'une période, s'assurer d'un travail et que les compétences développées ne disparaissent pas, di Nordahl.

Le journal Dagens Næringsliv (DN) précise dans un article que le niveau de rémunération des ingénieurs est également élevé à l'étranger.
Les employés norvégiens ne peuvent pas s'attendre à des salaires aussi élevés qu'en Norvège, précise Inger Karin Dyrnes, conseillière NAV spécialisée dans le marché du travail européen.
- Mais il faut considérer le pouvoir d'achat où l'on vit. Être ingénieur au Danemark ou en Allemagne est une bonne situation, dit-elle.

Einar Fasting, 59 ans, est un des ingénieurs à la recherche d'un nouveau travail. Il cherche à présent à être manager, en Norvège, d'une entreprise étrangère.

- Je n'ai jamais travaillé à l'étranger avant, mais je n'ai aucun problème pour déménager si le job est intéressant, dit-il au DN. C'est maintenant l'occasion pour certains qui travaillaient dans le pétrole de trouver un nouveau pied sur lequel danser. Si ce n'est pour toujours, au moins pour une période.

Source de l'information : NRK & DN
Article rédigé par : Mercre
Copyright photo : non connue

Cet article a été écrit exclusivement pour Norvege-fr.com. Vous êtes autorisé à le diffuser uniquement partiellement et sous réserve d'ajouter le lien vers cette publication.

Autres Articles "économie"

Vos commentaires