Les ventes d'armes norvégiennes augmentent - Norvège Actualité

Norvege-fr.com

Les ventes d'armes norvégiennes augmentent

L'Arabie Saoudite, les Émirats Arabes Unis, Le Qatar et le Koweit sont parties prenantes du conflit au Yemen. Entre 2014 et 2015, la Norvège a pourtant doublé ses exportations d'armes vers ces États.

Le commerce extérieur norvégien repose en partie sur la vente de systèmes de propulsion de missiles, de munitions et de systèmes d'armes. Malgré sa petite taille, le royaume de Norvège se trouve au dixième rang des vendeurs d'armes dans le monde. Théoriquement, la règle veut que la Norvège ne vende pas d'armes en-dehors de l'OTAN à des pays en situation de conflit armé, ou menacés de guerre, ou en guerre civile. Mais en pratique, plusieurs pays participant à la guerre du Yemen ont pu se procurer du matériel norvégien, à hauteur de 139 millions de couronnes. En tout, la vente d'armes norvégiennes dans le monde entier a atteint le chiffre d'affaire de 2,4 milliards de couronnes en 2015, soit 32% de plus qu'en 2014, mais sans atteindre toutefois le record de l'année 2008, où la Norvège se trouvait être au quatrième rang mondial. L'augmentation concerne surtout les armes de la famille des bombes, grenades, mines, missiles et torpilles.

La société norvégienne Nammo est par exemple au top des ventes du système M72, un lance-roquette anti-char portable de conception américaine à l'origine, mais dont Nammo a sorti des versions de plus en plus perfectionnées. La société souligne cependant qu'elle ne fabrique ni bombes ni torpilles:

- Nous produisons des systèmes de propulsion pour des applications civiles (comme l'industrie de l'aéronautique spatiale) et militaires, mais nous ne sommes pas un fabricant d'armes à proprement parler, tient à préciser Sissel Solum, chargée de communication pour Nammo.

De nombreuses institutions comme la Croix-Rouge norvégienne souhaiterait faire évoluer la réglementation sur la vente d'armes pour interdire ce commerce avec les pays qui commettent des crimes de guerre ou ne respectent pas la charte des droits de l'homme. D'autres voix en Norvège se sont élevées pour réclamer l'interdiction totale de la vente de matériel sensible à l'Arabie Saoudite par exemple.

Le parti de la gauche (Venstre) a demandé au gouvernement de stopper immédiatement tout export d'armes à destination des pays qui participent à la guerre du Yemen, qui a déjà fait 6 500 victimes et a créé l'une des situations humanitaires les plus dramatiques du Moyen-Orient.

En réponse, le ministère des Affaires Étrangères a déclaré que cette année, il avait été résolu de ne pas accéder à plusieurs demandes de vente de munitions à ces pays. Quant au matériel vendu en 2015, il affirme qu'il s'agit en grande partie de matériel mixte, c'est-à-dire susceptible de servir à des applications aussi bien civiles que militaires, comme des systèmes de communication. Pour le secrétaire d’État aux affaires étrangères, Tore Hattrem, la Norvège s'est tenue dans les termes des conventions internationales et des règles internes au royaume concernant la vente de matériel militaire. De plus, la Norvège est l'un des rares pays où les ventes d'armes font l'objet d'un rapport discuté au parlement.

70% du chiffre d'affaire de ces ventes est réalisé à l'intérieur de l'OTAN, les USA étant le plus gros acheteur, suivis de la Pologne et des Pays-Bas. En-dehors de l'OTAN, les plus gros acheteur sont le Brésil, la Suisse et la Suède. Les acheteurs sont tenus de fournir des informations sur l'utilisateur final des produits, et rien ne permet d'établir à ce jour, d'après le ministères des Affaires Étrangères, que les matériels vendus aux pays de l'OTAN ou de l'Union Européenne aient pu être revendus ensuite à d'autres pays.

Source de l'information : NRK
Article rédigé par : Angeline
Copyright photo : non connue

Cet article a été écrit exclusivement pour Norvege-fr.com. Vous êtes autorisé à le diffuser uniquement partiellement et sous réserve d'ajouter le lien vers cette publication.

Autres Articles "économie"

Vos commentaires