[Exclusivité] : Interview de Anna of the North - Norvège Actualité

Norvege-fr.com

[Exclusivité] : Interview de Anna of the North

Après la Norvège, la Suède, le Danemark, les Pays-Bas et l’Allemagne, le duo Anna of the North, composé de la norvégienne Anna Lotterud et du néo-zélandais Brady Daniell-Smith, était à Paris le vendredi 20 octobre dernier, pour la 20e et dernière date de sa toute première tournée européenne. Quelques heures avant le concert, c’est au Pop Up du Label, un bar-restaurant situé entre la place de la Bastille et la gare de Lyon (12e arr.), qu’Anna of the North nous avait donné rendez-vous. Confortablement installée à côté de moi dans un canapé club, Anne Lotterud s’est pliée de bonne grâce et avec le sourire au jeu des questions/réponses pour norvege-fr.com.

Bonjour Anna. Merci beaucoup de m’accorder un peu de ton temps. Je sais que tu es arrivée ce matin même d’Allemagne et tu dois être fatiguée…
Oui ! Hier soir, on a joué à Cologne. C’était super ! Je suis arrivée à Paris en fin de matinée par le train et on m’a mise direct dans un taxi, direction ce lieu atypique [sourire] Mais ça va. Je suis ravie d’être à Paris et de jouer ici ce soir.

Dommage que Brady, ton acolyte sur scène, n’ait pu se joindre à nous. Une prochaine fois j’espère.
Il a eu un empêchement de dernière minute. Il s’en excuse !

Anna, avant d’entrer dans le vif du sujet, la musique et votre dernier album, j’aimerais faire connaissance avec toi. Peux-tu nous parler un peu de toi ?
Alors, je m’appelle Anna Lotterud, j’ai 28 ans – oh là là, j’ai déjà 28 ans ! Mais je vieillis ! – et je viens d’Oslo en Norvège. Mon père était musicien, il jouait du piano, et nous avions un studio d’enregistrement à la maison. Je passais beaucoup de temps avec lui, à l’écouter jouer. Cela m’a sans doute donné le goût du chant et de la musique. J’avais 5 ans quand j’ai fait mon premier enregistrement studio ! En grandissant, comme tous les ados, j’écoutais beaucoup de musique – rock, pop, funk, électro – et j’ai commencé à composer mes propres chansons. Mais c’est vrai que cela ne m’était jamais venu à l’esprit d’en faire mon métier !

Il semblerait que ce soit deux rencontres complètement inattendues qui ont changé ta vie : d’abord ta rencontre avec une mystérieuse femme venue te voir plusieurs fois alors que tu travaillais dans une boutique de vêtements, puis ta rencontre avec Brady Daniell-Smith, lors d’un concert acoustique à Melbourne.
Cette histoire de rencontre avec cette femme est assez incroyable. On la croirait sortie tout droit d’un roman ! En fait, à l’époque, je travaillais dans une boutique de vêtements pour enfants située à Gjøvik, près d’Oslo. Un jour, une femme est entrée et nous avons commencé à discuter ensemble. On a parlé de la vie en général et elle a fini par me dire qu’elle ne me voyait pas travailler toute ma vie comme vendeuse. Elle m’a conseillée de voyager, de partir à la découverte du monde. Cette femme est revenue plusieurs fois à la boutique, sans jamais rien n’y acheter, simplement pour discuter avec moi. La dernière fois qu’elle est venue, elle semblait presque déçue que je sois toujours là, à vendre des vêtements. C’est peut-être ce qui m’a finalement décidée à tout quitter, ma famille, mon job, mon petit ami de l’époque, et à prendre un billet d’avion pour l’Australie…

Quelle histoire ! As-tu revue cette femme depuis ?
Non jamais. Mais j’aimerais bien. Je me souviens très bien d’elle. En revanche, je ne connais pas son nom…

Une rencontre incroyable en effet. Et qui t’a poussée à acheter un billet pour partir à l’autre bout du monde !
Exactement ! J’avais 24 ans. J’ai tout lâché et je suis partie vivre à Melbourne. Les premières semaines n’ont pas été simples. Mais petit à petit, j’ai trouvé mes marques et j’ai adoré ce séjour là-bas. Et puis j’ai eu la chance d’y rencontrer Brady. Avec des amis, on est allé à l’un de ses concerts acoustiques. L’ambiance était bonne. Vers la fin du concert, mes amis ont insisté pour que je pousse la chansonnette. Je me suis prise au jeu et j’ai passé un super moment avec Brady sur scène. C’est comme cela que j’ai fait sa connaissance !

Et c’est comme cela que tu as vraiment commencé à composer tes propres chansons et qu’Anna of the North est née !
Tout à fait. J’ai vraiment commencé à écrire des chansons quand je suis arrivée en Australie. Je venais de quitter ma petite vie bien confortable en Norvège pour me retrouver seule à l’autre bout du monde. Comme je le disais tout à l’heure, le premier mois a été compliqué. Je me suis retrouvée à devoir régler mes problèmes, notamment de logement, toute seule. Pendant quelques semaines, j’ai dû dormir à l’hôtel. J’avais apporté ma guitare, alors le soir je chantais. Puis, j’ai rencontré Brady et il m’a encouragée à poursuivre dans cette voie. Je pense que ça a été l’une de mes périodes les plus créatives.

**Photo @Jonathan Vivaas Kise**

J’ai en face de moi une fille joyeuse, souriante, pleine de vie, d’envies et de rêves. Pourtant, en interview, tu dis souvent que tu trouves ton inspiration dans la peine et le chagrin… Explique-moi cela.
C’est vrai, quand je me sens seule ou triste, je trouve beaucoup de réconfort dans l’écriture de chansons… Mais en réalité, les relations humaines dans toute leur complexité représentent ma principale source d’inspiration. Les relations familiales, amicales, amoureuses… Les liens qui unissent les personnes entre elles.

Quand Brady et toi avez-vous décidé de collaborer ensemble ?
Quand je suis rentrée en Norvège, je me suis installée quelques temps chez mes parents. J’avais du temps, beaucoup de temps. Alors, j’ai repris ma guitare et j’ai composé de nouvelles chansons. Un jour, j’ai rappelé Brady pour lui demander s’il serait d’accord pour travailler avec moi sur une chanson. Il a tout de suite accepté et c’est comme ça que tout a commencé !

et le résultat est là. Votre premier album, Lovers, sorti en France le 8 octobre dernier, est très réussi !
Merci ! Je suis ravie qu’il te plaise ! Avec Brady, on se complète bien. On n’a pas véritablement de plan de carrière préétabli. On fonctionne au feeling. Brady a étudié la musique tandis que je suis autodidacte. Il intègre dans nos compositions des éléments de la scène électro australienne et néozélandaise. De mon côté, mes créations sont influencées par la folk et l’électro-pop minimaliste scandinave. Il m’apporte son expertise d’arrangeur et de producteur et moi, ma sensibilité nordique.


Dans ta bio, on peut lire "Devenir musicienne, et m’y mettre sérieusement, a complétement changé la personne que je suis, de façon vraiment positive. Ça m’a aidé à être celle que j’étais censée devenir, mais que je n’osais pas être."
Avant de partir pour l’Australie, je vivais une vie tranquille. Je ne manquais de rien matériellement mais il me manquait quelque chose. Mes amis avaient tous des centres d’intérêt ou des passions – le sport, la mode, la peinture… – mais moi je n’avais rien. Bien sûr, je faisais déjà de la musique, je chantais, mais je n’avais personne avec qui partager cette activité. J’ai essayé de m’intéresser aux loisirs de mes amis mais rien ne me passionnait véritablement. C’est à Melbourne que j’ai réalisé que la musique était véritablement mon truc ! Et je me suis lancée.

Y a-t-il quelque chose que tu aimerais changer ?
Non, rien. Si j’avais fait les choses autrement, je ne serais sans doute pas là aujourd’hui. Je suis particulièrement fière d’avoir osé partir, voyager. Cela m’a fait grandir, m’a ouvert de nouveaux horizons. Je pense qu’il n’y a pas qu’un seul chemin pour se trouver. Le plus important c’est d’être ! J’ai cette chance de me sentir bien où que je sois. Et j’aime faire de nouvelles rencontres. Cela me nourrit.

Anna of the North a rencontré le succès assez vite finalement, notamment sur Internet et les réseaux sociaux. Comment vis-tu les choses ?
Je suis bien évidemment super contente de l’accueil du public. Je suis fière de notre réussite. Mais je garde la tête sur les épaules. J’ai eu une vie avant Anna of the North. J’ai fait des études, j’ai travaillé, j’ai voyagé. Alors si cela ne marche pas, je sais que je pourrais faire autre chose.

Ce soir, Brady et toi jouaient dans la salle du Pop Up du Label. Je crois que c’est la dernière date de votre tournée européenne. Quels sont vos projets pour la suite ?
Effectivement, on termine notre tournée à Paris. On retourne en Norvège ensuite. En décembre, on donnera quelques concerts à Oslo, Bergen et Trondheim. Mais je vais surtout me reposer, et me remettre à écrire.

Merci beaucoup Anna ! Bon retour en Norvège et au plaisir de te revoir sur scène en France !


Retrouvez Anna of the North sur Facebook, Twitteret Youtube.

Source de l'information : Norvege-fr.com
Article rédigé par : Karine Julié Kaasen
Copyright photo : Anna of the North

Cet article a été écrit exclusivement pour Norvege-fr.com. Vous êtes autorisé à le diffuser uniquement partiellement et sous réserve d'ajouter le lien vers cette publication.

Autres Articles ""

Vos commentaires