Le vent l'emportera de Gunnar Staalesen - Norvège Actualité

Norvege-fr.com

Le vent l'emportera de Gunnar Staalesen

Avec "Le vent l'emportera", Gunnar Staalsen signe chez Gaïa Editions, le 14ème épisode des aventures de Varg Veum, le privé norvégien le plus populaire. C'est donc avec un plaisir non dissimulé que nous avons entamé la lecture de son dernier polar nordique.

L'auteur, Gunnar Staalsen, originaire de Bergen, situe souvent ses romans dans cette ville. Pour "Le vent l'emportera", l'intrique se situe à quelques encablures des fjords, sur des îles battues par les vents. Ce vent, le vent du nord est la source du conflit entre les écologistes et l'industrie du tourisme qui souhaitent préserver la nature et de l'autre, les industriels et les politiques qui voient là leurs intérêts financiers. Le projet d'installation d'un parc éolien à Brennøy soulève les passions sous fond de drame familiale. L'enquête de Varg Veum débute quand il est engagé pour retrouver un mari disparu la veille d'une réunion importante concernant le parc éolien. Côté cœur, le célèbre privé éternellement célibataire est sur le point de changer de vie. Avec son habitude de fouiner partout, Varg Veum va déterrer plusieurs cadavres enfouis depuis longtemps...

Gunnar Staalesen est né à Bergen, en Norvège, en 1947. Il fait des études de philologie et débute en littérature à 22 ans. Il se lance peu à peu dans le roman policier et crée en 1975 le personnage de Varg Veum, qu’il suivra jusqu'à cette 14ème aventure. Tous les polars de Staalesen suivent les règles du genre à la lettre, avec brio. Et les problèmes existentiels du détective privé, ses conflits avec les femmes et son faible pour l’alcool sont l’occasion d’explorer, non sans cynisme, les plaies et les vices de la société. Avec le Roman de Bergen, il dédie à sa ville natale une grande fresque sociale et policière couvrant tout le XXe siècle.

Notre avis :

Avec son sens de la narration, Gunnar Staalsen, nous plonge dans un suspens jusqu'au dernier chapitre au cœur d'une intrigue mêlant vie privée et enjeux écologiques. Dans ce roman, on retrouve un personnage plus sobre que d'habitude et également plus touchant et plus intime. Un polar comme on les aime et surtout très norvégien. A travers les lignes, on ressent la beauté des paysages, la force des personnages.

La couverture est sobre et sombre. La photo de l'éolienne prise du bas donne une sensation de grandeur, de puissance et une impression d'un grand mystère.

En conclusion, une enquête pleine de surprises jusqu'à la dernière ligne... Voilà un bon polar pour bien commencer l'année !

Disponible chezAMAZON !

Source de l'information : Gaïa Editions
Article rédigé par : Laëtitia
Copyright photo : Norvege-fr.com

Cet article a été écrit exclusivement pour Norvege-fr.com. Vous êtes autorisé à le diffuser uniquement partiellement et sous réserve d'ajouter le lien vers cette publication.

Autres Articles "culture"

Vos commentaires