Utøya 22. juli : le film qui retrace l'horreur - Norvège Actualité

Norvege-fr.com

Utøya 22. juli : le film qui retrace l'horreur

Malgré le sujet extrêmement sensible en Norvège, le film de Erik Poppe qui retrace la tuerie du néo-nazi sur l'ile d'Utøya a reçu de bonnes critiques de la presse norvégienne et il concourt pour l'Ours d'Or au Festival de Berlin.

1500 journalistes et critiques de cinéma ont été conviés à la première diffusion du film "Utøya 22. juli" Lundi 19 Février : 90 minutes dans la peau des victimes.

Aftenposten (5/6) : "Convaincre de la terreur d'Utøya". Le journal estime que c'est un "film sensible qui contourne le terroriste et nous laisse suivre uniquement l'expérience de la terreur des victimes. C'est la force mais aussi les limites du film".

NRK (6/6) : "rien de moins qu'un chef-d’œuvre". Le film est "tout autant intense, brutal qu'émotionnellement très fort". Il précise pourtant que le film est très difficile à visionner tant la terreur des acteurs semble réelle.

VG (5/6) : "Enfer sur le sol norvégien". Le journal insiste sur les 72 minutes d'horreur que toute personne sensible ne peut retenir des larmes de désespoir.

Dagbladet (4/6) : "Film consciencieux et tragique. Mais pourquoi l'avoir fait?". Le film réveille de fortes émotions. L'auteure de la critique a été impressionnée par le jeu des acteurs. Pour autant elle se demande les raisons d'avoir tourné ce film.

TV2 (5/6) : "Un film que tout le monde ne devra pas voir". le réalisateur a choisi le bon angle de vue. Les scènes sont d'un réalisme étonnant et permet une étroite proximité avec le rôle principal et les autres jeunes présents sur l'ile.

BT (5/6) : "Un film difficile". La reconstitution de cet évènement terrifiant sera le film le plus important de l'année. Il s'agit d'un gros plan hyperréaliste de la panique, de la peur, de la confusion, de l'envie d'aider tout en se mettant en danger soi-même.

Nettavisenen (5/6) : "Un film qui vous laisse complètement ébranlé et bouleversé". Ce film est extrêmement intense et bouleversant mais il est également bien construit et respectueux des victimes. Le film, dans tous les sens, est impressionnant. Il reprend avec justesse ce traumatisme national qui a touché le pays.



Pourtant, Kent Rune Pedersen rescapé de la tuerie est très affecté par la sortie de ce film. "Le réalisateur Erik Poppe fait du pire cauchemar de ma vie un divertissement". Il indique, encore aujourd'hui, être toujours hanté par "des flashbacks, des rêves, des bruits, des cris et des images" de ce qu'il a vécu. Il se refuse d'aller voir ce film et ne comprend pas qu'on puisse faire de l'argent sur cette tragédie nationale.

Près de 300 rescapés et proches des victimes ont pu visionner le film avant sa présentation officielle à Berlin. Ils étaient accompagnés de personnels de santé. Même si certains ont été mal à l'aise à la vision de ce qu'ils ont vécu, certains, comme Tore Remi Christensen (qui a échappé au tueur en se cachant dans les toilettes) estime qu'il faut que les gens comprennent ce qu'il s'est passé ce jour là.

"Il est urgent de montrer les conséquences auxquelles on s'expose si les mêmes forces diaboliques continuent de s'enraciner partout dans le monde". a t-il ajouté à l'AFP.

Le film sortira le 9 mars en Norvège. trois autres films ou séries sont également prévus en 2018 et 2019, dont "Norway" du Britannique Paul Greengrass qui sera diffusé sur Netflix à partir du 2 Novembre 2018.

Source de l'information : Aftenposten
Article rédigé par : François
Copyright photo : Erik Poppe

Cet article a été écrit exclusivement pour Norvege-fr.com. Vous êtes autorisé à le diffuser uniquement partiellement et sous réserve d'ajouter le lien vers cette publication.

Autres Articles "culture"

Vos commentaires