Oslo sera la première capitale sans voiture - Norvège Actualité

Norvege-fr.com

Oslo sera la première capitale sans voiture

À Oslo, la "guerre à la voiture" est lancée ! Déterminé à passer au vert, Oslo débarrasse lentement mais sûrement son centre-ville de voitures, provoquant la colère de certains qui disent que la "guerre contre les voitures" freine les libertés individuelles.

"Il faut rendre la ville aux gens, que les enfants puissent jouer en sécurité, que les personnes âgées aient des bancs où s’asseoir", plaide Hanna Marcussen. "Et, pour ça, il faut supprimer la voiture qui prend une place disproportionnée", affirme la conseillère municipale écologiste en charge du développement urbain.

Même si elles ne semblent pas spectaculaires, Oslo a mis au point une série de mesures très dissuasives : élimination de 700 places de stationnement, modification du zonage du centre-ville, transformation de rues en rues piétonnières et augmentation du prix des péages urbains.

Résultat : le trafic, y compris les très populaires voitures électriques, est réduit à sa portion congrue dans une zone de 1,9 km2 de l'hypercentre, où environ 5.500 personnes vivent et 120.000 travaillent.

"En 2020, on aura supprimé l'essentiel des voitures particulières du centre-ville. En dehors de celles pour handicapés, il n'y en aura plus", affirme Hanna Marcussen.

À la place commencent à bourgeonner les terrasses de café, du mobilier urbain, des pistes cyclables ou encore des stations à vélos.

Désignée "capitale verte de l'Europe en 2019", Oslo compte purifier son air, gagner en convivialité avec davantage d'activités culturelles et limiter ses émissions de CO2, qu'elle entend réduire de 95% d'ici 2030.

Mais tout le monde n'est pas d'accord avec cette évolution.

"Ce qu'il y a de plus tragique dans cette guerre à la voiture, c'est que les responsables politiques s'en prennent à la liberté des personnes et à leur portefeuille", proteste Jarle Aabø, spécialiste de relations publiques qui a ouvert une page facebook "Oui à la voiture à Oslo". "Ce que les gens redoutent, c'est que le centre d'Oslo meure, qu'il devienne un endroit très triste".

Les commerçants inquiets et les cyclistes ravis

"Ça va être génial", déclare Christopher Olsson, un photographe qui circule en vélo en ville. "Il y a beaucoup de conflits entre automobilistes et cyclistes. Mais si nous éliminons totalement les voitures, nous devons améliorer les transports en commun, à la fois en termes de prix et de qualité", a-t-il ajouté.

Avec un billet simple coûtant près de six euros, les transports en commun restent chers. Les utilisateurs se plaignent également de retards et de problèmes lorsqu'ils doivent attendre en hiver à des températures inférieures à zéro.

Alors que plus de la moitié des habitants sont favorables à un centre-ville "avec le moins de voitures possible", certains commerçants ne sont pas heureux.

À deux pas de l'hôtel de ville, un magasin de literie situé dans une zone interdite aux voitures depuis le 1er juin est vide de sens. "Nous vendons des marchandises que vous ne pouvez pas sortir sous le bras, alors beaucoup d'entre elles dépendent des voitures" explique le propriétaire Terje Cosma.

** Photo : Scan écran nettavisen de Hanna Marcussen**

"Avec ou sans voiture, un centre-ville changera toujours de forme avec le temps", affirme Hanna Marcussen. "S'il y a bien un endroit où je pense vraiment que les magasins vont continuer à bien se porter, c'est dans les centres-villes où vous pouvez combiner shopping avec des sorties culturelles ou des restaurants."

Source de l'information : nettavisen
Article rédigé par : Laëtitia
Copyright photo : Norvege-fr.com

Cet article a été écrit exclusivement pour Norvege-fr.com. Vous êtes autorisé à le diffuser uniquement partiellement et sous réserve d'ajouter le lien vers cette publication.

Autres Articles "écologie"

Vos commentaires