Des chercheurs norvégiens ont découvert une molécule qui peut guérir le cancer du sein - Norvège Actualité

Norvege-fr.com

Des chercheurs norvégiens ont découvert une molécule qui peut guérir le cancer du sein

Dans les fonds marins du Svalbard, des chercheurs norvégiens ont découvert une molécule qui tue les cellules cancéreuses du sein mêmes les plus agressives.

"Nous avons réalisé très tôt que cela pourrait être une découverte révolutionnaire", explique Kine Østnes Hansen, professeure agrégée à l'École norvégienne des pêches de l'Université arctique de l'UiT de Norvège.

La découverte dont elle parle est une petite molécule, trouvée sur le fond marin au large de Bjørnøya au sud de Svalbard en 2011.

"Nous avons découvert que cette molécule tuait sélectivement les cellules cancéreuses", a déclaré Kine Østnes Hansen à NRK.

La molécule faisait partie d'un soi-disant hydroïde. Il s'agit d'une collection de cellules uniques, qui se sont réunies sous forme de plante et sont collées sur le fond marin.

Afin de découvrir quelles substances se trouvaient dans l'hydroïde, ils ont testé plusieurs lignées cellulaires différentes.

"Certaines de ces lignées cellulaires n'étaient pas du tout affectées, tandis que d'autres étaient très affectées, même à de faibles concentrations", explique Kine Østnes Hansen.

L'impact le plus important a été les échantillons contre un type spécial de cellules cancéreuses du sein, y compris le cancer du sein dit "triple négatif".

Le cancer du sein triple négatif est un cancer formé de cellules qui n’ont pas de récepteurs d'œstrogènes, de récepteurs de la progestérone et de protéine HER2. Ainsi, le cancer du sein triple négatif ne répond pas aux médicaments d'hormonothérapie ou aux médicaments ciblant les récepteurs des protéines HER2.

Le cancer du sein est le cancer le plus courant chez les femmes. En 2018, plus de 3500 femmes norvégiennes ont été touchées par le cancer du sein. Dans environ 15% des cas, on parle de cancer du sein triple négatif. C'est la forme la plus agressive de cancer du sein, qui est extrêmement difficile à traiter.

La molécule, que les chercheurs norvégiens ont trouvée, contrôle la division cellulaire triple négative du cancer du sein.

"Si nous arrivons à transformer cette molécule en médicament, ce sera une toute nouvelle alternative de traitement pour un groupe de patients cancéreux qui ont aujourd'hui des options de traitement limitées et et donc un pronostic moins favorable que pour les patientes atteintes d'autres types de cancer du sein. Je crois fermement que la molécule que nous avons trouvée peut devenir un médicament un jour", a conclu la professeure Kine Østnes Hansen.

Maintenant, les chercheurs de l'UiT mettent tout en œuvre pour voir s'il est possible de fabriquer des médicaments à partir de cette fameuse molécule.

Source de l'information : NRK
Article rédigé par : Laëtitia
Copyright photo : Jonatan Ottesen / UiT

Cet article a été écrit exclusivement pour Norvege-fr.com. Vous êtes autorisé à le diffuser uniquement partiellement et sous réserve d'ajouter le lien vers cette publication.

Autres Articles "santé"

Vos commentaires