Norvège : la pandémie de coronavirus s’invite à Halloween - Norvège Actualité

Norvege-fr.com

Norvège : la pandémie de coronavirus s’invite à Halloween

Le “ Knask eller knep ”(des bonbons ou un sort) devrait se faire discret, cette année, en Norvège. L'Institut national de la santé publique encourage les Norvégiens à abandonner Halloween ou à suivre certaines règles pour éviter la propagation du virus. Dans cet article, nous vous donnons quelques idées pour fêter Halloween différemment afin de protéger votre santé et celle des autres. Pourquoi ne pas en profiter pour réinventer Halloween ?

Halloween et Covid-19 : 7 conseils pour profiter de la fête


À moins de deux semaines avant la fête d’Halloween, les recommandations des autorités norvégiennes de la santé et du gouvernement se multiplient. Alors que la Norvège a placé toute l’Europe en rouge, elle n’est pas épargnée par la propagation de la Covid-19. L’Institut national de la santé publique souligne également l’importance qu’aucune personne malade ne participe à la traditionnelle tournée de bonbons.



Afin de profiter pleinement de la fête, il est conseillé de :

- réduire le nombre de contacts ;
- rester dans son groupe habituel d'amis ;
- rester à l’écart des autres groupes s’il y a une file d’attente devant les maisons ;
- ne pas partager les bonbons ;
- attendre de manger les bonbons à la fin de la tournée, une fois les mains correctement lavées ;
- distribuer les bonbons sous emballage de préférence avec des mains propres et utiliser une pince pour garder la distanciation physique ;
- être accompagné d’un adulte pour qu’il s’assure du respect des gestes barrières ainsi que de la sécurité des enfants dans l’obscurité.

Ces conseils s’appliquent à toute la Norvège, même si à Oslo, il est fortement déconseillé de fêter Halloween.

Des idées pour fêter Halloween autrement


Pourquoi ne pas en profiter pour fêter Halloween différemment cette année ? Les activités traditionnelles d’Halloween présentant un grand risque de propagation du virus, l’idéal est de rester à la maison en petit comité. Voici quelques idées pour s’amuser le 31 octobre prochain :

- se déguiser ! Ce n’est pas parce que vous ne sortez pas qu’il ne faut pas se costumer ;
- se lancer un défi cuisine. À celui qui fera le gâteau le plus monstrueux ;
- organiser une chasse aux trésors dans la maison pour récupérer un maximum de bonbons ;
- sortir les jeux de société ! Certains jeux comme “ La chasse aux monstres “, “ la danse des vampires “, “ le Cluedo “, “ Betrayal at house on the hill “... vous feront passer une soirée effrayante ;
- regarder un film terrifiant à la télévision.

**Photo @ Paige Cody / Unsplash**

Les origines d’Halloween en Norvège


Halloween a été importée des États-Unis en Norvège dans les années 2000. Et pourtant, Halloween tire son origine d’une fête celtique, la Samain, qui marquait le 1er jour de l’année celtique le 31 octobre. Il a toujours été difficile d'introduire une nouvelle religion sans retenir une bonne partie de ce que les gens ont aimé de l'ancienne. Halloween, soir sacré, serait la contraction de All Hallows’Eve, littéralement la veille de la Toussaint (All Hallows’day en anglais). En effet, Halloween vient d’une fête celtique qui avait lieu la nuit précédent la Toussaint, qui n’est elle-même qu’une tentative de transformation de cette fête, sous la pression du christianisme. Le soir d'Halloween, il n’y a pas de distinction entre les vivants et les morts. C’est un jour en dehors du temps qui permet aux vivants de rencontrer les défunts.

“ Knask eller knep ? " ("des bonbons ou un sort" en norvégien) est apparue aux États-Unis dans les années 30. Les costumes des enfants, souvent effrayants, servent à donner l'illusion que les esprits maléfiques d'autrefois reviennent hanter les rues des villes où le porte-à-porte est pratiqué.

**Photo @ Benedikt Geyer / Unsplash**

La citrouille, symbole d’Halloween


Au moment de la Samain, des navets ou des betteraves étaient vidés pour les tailler en forme de tête-de-mort. Ils étaient alors placés au bord des routes ou vers les cimetières. Les Irlandais émigrés aux États-Unis adoptèrent plutôt les citrouilles, car elles y sont plus abondantes. La coutume des navets, raves ou citrouilles évidées avait pour but d’effrayer les esprits. Mais elle est aussi liée à la légende Irlandaise de Jack O’Lantern, un homme obligé d’errer sur terre après sa mort, car ni Dieu, ni le Diable ne voulaient de lui. Les citrouilles illuminées dans la nuit permettaient à Jack de retrouver son chemin.

Source de l'information :
Article rédigé par : Laëtitia
Copyright photo : Stefano Ciociola / Unsplash

Cet article a été écrit exclusivement pour Norvege-fr.com. Vous êtes autorisé à le diffuser uniquement partiellement et sous réserve d'ajouter le lien vers cette publication.

Autres Articles "santé"

Vos commentaires