Rencontre autour de la littérature Norvégienne - Norvège reportages

Norvege-fr.com

Rencontre autour de la littérature Norvégienne

Une rencontre autour de la littérature norvégienne a été organisée à Paris dans les salons de la Société des Gens de Lettres le 03 avril 2006 par l'Ambassade de Norvège et le Centre pour la littérature norvégienne à l'étranger (NORLA).

La table ronde a été animée par Gérard Meudal collaborateur au Monde des Livres, et a permis à un public franco-norvégien d'environ 150 personnes de rencontrer 6 auteurs contemporains traduits et publiés en France.

La rencontre a débuté par une petite introduction - en français - de l'Ambassadeur de Norvège en France.

Puis, Gérard Meudal a présenté les auteurs, avant de lire un passage de leur dernier livre traduit en français. Il les a interrogés, notamment, sur leurs sources d'inspirations et les principaux messages qu'ils veulent transmettre dans leurs oeuvres. La discussion s'est généralisée sur la volonté, ou non, des auteurs d'avoir un impact politique ou social important sur la communauté norvégienne via leurs livres. Pour conclure, les auteurs ont fait un point sur leurs dernières oeuvres en cours d'écriture ou de publication, ainsi que leurs projets.

Ari Behn (en photo avec Kristalina de norvege-fr) a présenté son dernier roman publié en France "Les Hommes passent à Tanger" (Actes Sud), un pastiche de roman de voyage décrivant un monde perdu, le Tanger des années 50. Ce roman a été inspiré par un voyage de l'auteur au Maroc, pays qu'il affectionne tout particulièrement, mais s'éloigne du roman autobiographique par le thème abordé, le tourisme sexuel.

Frode Grytten a présenté "Les Contes de Murboligen" (publié chez Denoël), qui a obtenu le prix Brage en 1999 (équivalent du prix Goncourt en Norvège). Ce roman constitue la chronique d'une petite ville de l'Ouest de la Norvège, Odda, dans laquelle les vies de personnes ordinaires sont transfigurées par la poésie. Chaque chapitre pourrait constituer en soi une nouvelle, et témoigne d'un équilibre tout particulier entre le rêve et la réalité, le fil conducteur du livre étant la volonté de "rechercher ce qu'il y a d'extraordinaire dans nos vies ordinaires". L'auteur a profité de son passage à Paris pour procéder à quelques recherches en vue d'un prochain livre.

Johan Harstad a présenté "Ambulance", un recueil de textes courts disponible aux éditions Gaïa. Cette nouvelle collection "taille unique", à mi chemin entre le grand format et le format de poche, s'adresse à un lectorat élargi (incluant également les adolescents et jeunes adultes). Suite à la publication de cet ouvrage, Johan Harstad a fait une tournée dans les lycées de Norvège. Ces rencontres ont permis aux jeunes de réaliser que le cadre de la nouvelle pouvait revêtir une forme plus contemporaine que celle des grands auteurs traditionnellement étudiés dans le pays comme Bjørnstjerne Bjørnson.

Per Petterson publie aux éditions Circé "Dans le sillage", un roman quasi autobiographique, l’auteur ayant lui-même perdu ses deux parents et un frère dans l’incendie qui a eu lieu à bord d’un navire, entre le Danemark et la Norvège, en 1990. Dans cet ouvrage, Per Petterson décrit ce manque quasi impossible à dépasser qui intervient à la suite de la mort d’un proche. Le narrateur est un écrivain malade d'un cancer du poumon, qui sait que ses jours sont comptés du fait qu'il n'a pas respecté son propre corps. Cet homme pense à son père qui, lui, avait des poumons préservés du tabac. Ce père visiblement aimé, qui est mort dans le naufrage d'un ferry. Malgré ce contexte tragique, l’auteur a voulu montrer que bizarrement, malheur et amusement sont bien souvent liés. Le corps est certes "le terrain de bataille des sentiments et de la détresse", mais les réactions de ce même corps peuvent être inattendues et même parfois amusantes. Car lorsque l’âme ne va pas bien, le contrôle du corps peut s’avérer difficile et donner lieu à des situations cocasses, comme chez Charlie Chaplin ou Buster Keaton.

Jo Nesbø livre dans son dernier polar traduit en France,"L'étoile du diable" (Série Noire, Gallimard), une description d'Oslo sous la canicule inspirée des "Chroniques Martiennes" de Ray Bradbury. Ce roman, comme les cinq romans précédemment traduits en français, met en scène le personnage du policier Harry Hole sur les traces d'un serial killer. Jo Nesbø clôturait hier une tournée de 3 semaines, avant de se consacrer à la sortie du best of de son groupe (Di Derre), qui sera suivie d'une tournée en Norvège .

Gunnar Staalesen, travaille actuellement à la rédaction de son treizième opus des aventures du détective privé Varg Veum. Pour l'heure, seuls six romans de cette série ont été traduits en français et publiés aux éditions Gaïa, dont le dernier en date est "Anges déchus". Gaïa devrait prochainement publier la trilogie historique que Staalesen a consacrée à sa ville de Bergen.

La rencontre s'est achevée avec les deux auteurs de polars Jo Nesbø et Gunnar Staalesen, qui ont notamment discuté de l'engagement social et politique des auteurs de polars, un genre littéraire particulièrement en prise avec la société dans les pays nordiques. Les auteurs de polars ont quasiment pour mission d'ausculter la société et d'en livrer une critique.

Interrogés sur la question de savoir si la littérature norvégienne était plutôt tournée vers l'extérieur (par opposition à une littérature française que d'aucuns pourraient qualifier de nombriliste), Jo Nesbø a constaté que la Norvège est un des pays au monde où il y le plus de journaux locaux par habitants, les Norvégiens étant particulièrement intéréssés par ce qui se passe tout près de chez eux. Pour autant, selon Nesbø connaître le déroulement des événements près de chez soi permet, par extrapolation, de mieux connaître le monde.

Crédits Photos : Kristalina pour norvege-fr.com

Interview réalisée par : Alice, Kristalina, Ricdool et Chouchi pour norvege-fr.com
Copyright photo : non connue

Ce reportage a été rédigé exclusivement pour Norvege-fr.com. Vous êtes autorisé à la diffuser uniquement partiellement et sous réserve d'ajouter le lien vers cette publication.

Tous nos reportages

Vos commentaires