Norvege-fr.com

Evasion au coeur de la Norvège
Nous sommes le Mar Oct 24, 2017 9:46 am

Heures au format UTC




Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 56 messages ]  Aller à la page Précédente  1, 2, 3, 4  Suivante
Auteur Message
MessagePosté: Jeu Fév 04, 2016 5:21 pm 
Hors ligne

Inscription: Mer Aoû 26, 2015 1:43 pm
Messages: 269
Comment ça par torrent ?
Je ne me les procure pas, je les regarde seulement sur YouTube. Il y en a plusieurs dizaines. Il en arrive de nouveaux presque chaque semaine, d'autres sont retirés régulièrement.... Je crois que pour l'instant par exemple, Is slottet n'est plus disponible... La majorité sont plutôt des films anciens ou des classiques du cinema norvégien. Je regarde deux ou trois films norvégiens en VO par semaine...
Quelquefois, ils sont en VO sous-titrés en bokmål ou nynorsk.


Haut
 Profil  
Répondre en citant le message  
MessagePosté: Jeu Fév 04, 2016 5:46 pm 
Hors ligne

Inscription: Mer Aoû 26, 2015 1:43 pm
Messages: 269
Il y a parfois des films qui sont tellement mauvais qu'ils en deviennent presque sympathiques et finalement cultes. On appelle ça des "nanars". La France surtout, (mais aussi l'Italie et l'Espagne) s'est fait une spécialité du genre (certains De Funès, les films de Philippe Clair...)
Les plus mauvais films norvégiens que j'ai pu voir, généralement des "policiers", n'avaient même pas ce petit côté sympa... Un exemple ? Henrys Bakværelse. Bon, il est vrai que pour cet exemple bien que de production norvégienne, et tourné en norvégien avec des acteurs norvégiens, le réalisateur est italien.
Mais je ne sais pas si c'est parce qu'en Norvège il ne se passe jamais rien et que les Norvégiens en font un complexe, leurs policiers que j'ai pu voir pour l'instant sont tous très mauvais. On dirait de mauvais téléfilms allemands ou français des années 80 : histoires on ne peut plus sordides et très improbables, policiers très clichés, se prenant pour des shérifs, acteurs non crédibles et d'un insupportable cabotinage, images très laides (exemple : 1732 Høtten).


Haut
 Profil  
Répondre en citant le message  
MessagePosté: Dim Fév 07, 2016 7:56 pm 
Hors ligne
Traducteur / Traductrice
Traducteur / Traductrice
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Lun Aoû 18, 2008 7:21 pm
Messages: 2449
Localisation: Littoveralt
oiseaulys a écrit:
Quelquefois, ils sont en VO sous-titrés en bokmål ou nynorsk.

Oui, c'est amusant, et ça ne concerne pas seulement les vieux films, mais aussi des séries télévisées qu'on peut voir en différé sur NRK.
Je crois que ça répond au concept du "film muet", qu'on peut regarder sans déranger personne si on n'a pas d'écouteurs, ou si on veut les regarder sans que quelqu'un soupçonne que vous êtes en train de visionner un film sur votre ordi au lieu de prendre le cours... ou de vous intéresser à une réunion...
C'est devenu un vrai problème à l'école en Norvège, au point que certains réclament le retour au système papier/stylo, qui somme toute, même s'il n'est pas infaillible, a fait ses preuves, et n'a jamais empêché personne de maîtriser par ailleurs l'usage de l'informatique pour des besoins étudiants ou professionnels.

_________________
:neige


Haut
 Profil  
Répondre en citant le message  
MessagePosté: Dim Fév 07, 2016 8:29 pm 
Hors ligne

Inscription: Mer Aoû 26, 2015 1:43 pm
Messages: 269
Au début j'avais cru naïvement que l'objectif de ces sous-titres était de "normaliser", "standardiser" les dialogues lorsque les acteurs pouvaient parler des dialectes un peu différents, notamment avec des prononciations pouvant être différentes ou pouvant parfois être difficiles à saisir par tous...
En tous cas, c'est très utile pour les apprenants du norvégien.


Haut
 Profil  
Répondre en citant le message  
MessagePosté: Sam Fév 13, 2016 8:05 am 
Hors ligne

Inscription: Mer Aoû 26, 2015 1:43 pm
Messages: 269
Fatso (2008) film assez intéressant et original, mais d'une infinie tristesse et dont la cruauté n'est pas sans rappeler parfois celle de l'univers moderne dénoncé par Michel Houellebecq. La laideur des couleurs, cet affreux vert RATP omniprésent, contribuent à accentuer le malaise, à exprimer, à faire sentir tout le mal-être du personnage...


Haut
 Profil  
Répondre en citant le message  
MessagePosté: Dim Fév 21, 2016 11:11 am 
Hors ligne

Inscription: Mer Aoû 26, 2015 1:43 pm
Messages: 269
La Nouvelle Vie De Monsieur Horten (O'Horten, de Bent Hamer, 2007)
On devine que monsieur Horten n'a jamais vraiment trouvé sa place dans la vie. C'est peut-être pour ça qu'il est devenu conducteur de train : la vie sur des rails ! Mais au moment de prendre sa retraite, à 67 ans (tiens, la retraite est à 67 ans pour les cheminots en Norvège ?) trouvera-t-il enfin sa place ?
Un film dont j'ai beaucoup apprécié la beauté et l'onirisme dans une sorte de réalisme poétique, la lenteur et la grisaille (car la vraie vie est lente et grise), et la profondeur, la réflexion sur le sens de la vie... Tout le cinéma que j'aime. Malheureusement, je l'ai vu en français, il est passé ces jours-ci sur une chaîne cinéma, et je voudrais le revoir en VO pour apprécier les accents des différents personnages qui naviguent entre Bergen et Oslo...


Haut
 Profil  
Répondre en citant le message  
MessagePosté: Dim Avr 03, 2016 8:04 am 
Hors ligne

Inscription: Mer Aoû 26, 2015 1:43 pm
Messages: 269
Mot Naturen
(Vu en VOSTF)

Je n'avais pas eu de prime abord l'intention d'aller voir " Natür Therapy", assez rebuté par le titre "français" (qui fait un étonnant contre sens sur le sens du film) et parce que j'avais un peu l'impression de savoir à quoi m'attendre ! Finalement, j'y suis allé et ce fut en fait une demi bonne surprise ou plutôt qu'une demi déception !

Ce film porte sur l'expérience du vide.

Dans notre société complétement autocentrée, rétrocentrée et onaniste (qui bande mou), il ne s'agit pas d'aller se "ressourcer" dans la "nature" pour combler le vide de l'identité, son propre vide, puisque plus que la "nature", c'est de la nature dénaturée de l'homme moderne dont il est évidemment question et dont le culte des corps, la performance, (il faut courir pour forger son corps) et... l'épilation (sans oublier les tatouages et autres piercings) sont aujourd'hui les signes les plus manifestes.

On sait dès le début que la tentative du personnage d'échapper à lui-même, à son propre vide, malgré son simulacre de "renaissance" à la Jodorowski ("il faut aimer sa tombe comme sa mère"), est voué à l'échec, dans notre société atomisée sans plus aucun vrai lien entre les êtres et dans laquelle l'autre est même un concurrent (vive le sport et "l'esprit sportif" !)

On le devine, on le sait, car au lieu de s'arrêter pour réfléchir, de dialoguer, d'essayer de construire, l'homme n'arrête pas de courir, de se faire son cinéma permanent intérieur en un monologue insipide, dénué de toute perspective, qui nous est infligé (on lui conseillerait volontiers de consulter un praticien de la méthode Vittoz) ! Cette aspiration du vide est caractéristique de notre époque ! Evidemment, si l'auteur n'avait pas osé remplir le vide par ce monologue incessant, le spectateur aurait eu vite fait de remplir l'espace par une quelconque blessure secrète de l'homme et le film en aurait été probablement changé... S'il peut parfois sembler être ému par la solitude de son fils c'est uniquement parce que cela renvoie le personnage à son propre être avec lequel il est particulièrement très complaisant. Cette obsession de "se vider la tête" est très moderne, très actuelle : on va courir en forêt on écoutant de la musique, ça fait penser à ce couple d'ados de Ung Flukt qui, déjà en 1959, enmenait la radio dans leur "paradis" campagnard ! Déjà le vide !!

Sur le plan technique, l'image est souvent laide, le cadrage aléatoire, et oscille entre la vidéo filmée avec un téléphone portable et le clip publicitaire pour opticien (l'aigle, il est fou Afflelou, Atoll les opticiens ! ); la nature, l'autre, la vraie, n'est pas magnifiée et est, au contraire, sombre, terne, inquiétante (l'homme tressaille au moindre bruit) et renforce le sentiment de malaise, la caméra (omniprésente : on ne l'oublie pas, on ne voit qu'elle !) est instable, agaçante, comme ces gens qui à côté de vous gigotent sans arrêt la jambe pour battre le vide du temps qui passe alors que vous être en train de lire, assis dans le métro !


Haut
 Profil  
Répondre en citant le message  
MessagePosté: Mar Avr 05, 2016 7:05 pm 
Hors ligne
Traducteur / Traductrice
Traducteur / Traductrice
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Lun Aoû 18, 2008 7:21 pm
Messages: 2449
Localisation: Littoveralt
J'aime tes chroniques cinématographiques et littéraires. Kjør på! :)

_________________
:neige


Haut
 Profil  
Répondre en citant le message  
MessagePosté: Ven Avr 15, 2016 12:42 pm 
Hors ligne

Inscription: Mer Aoû 26, 2015 1:43 pm
Messages: 269
Mot Naturen de et avec Ole Giæver, 2014 (2)
C'est un film sur cette obsession maladive qui est si caractéristique de notre époque, celle du mouvement permanent qui nous agite, de l'impatience, de l'impuissance et de l'immaturité : être toujours en mouvement, être toujours en train de faire quelque chose, s'agiter, ou projeter de faire quelque chose, faire des projets, pour échapper à l'angoisse du vide...
Surtout ne pas se poser...
Le film repasse ces jours-ci au ciné-club de l'Institut Finlandais.


Haut
 Profil  
Répondre en citant le message  
MessagePosté: Sam Juil 23, 2016 6:54 am 
Hors ligne

Inscription: Mer Aoû 26, 2015 1:43 pm
Messages: 269
Ciné FX a eu la bonne idée de repasser Den brysomme mannen (Jens Lien, 2006) et qui plus est, en VO : royal !
Loin de n'être qu'une uchronie à la 1984 ou à la Farenheit 451 comme on l'a comparé, c'est une minutieuse description de la société norvégienne (et de plus en plus de la notre) actuelle, "aseptisée", sans saveur, gangrenée par le politiquement correct, le sentimentalisme et sur l'incommunicabilité entre les individus de plus en plus atomisés qui la composent. Et dont on peut craindre qu'elle n'enfante plus que des Breivik...
Le film est visible en VO, mais sans sous-titres, sur YouTube.


Haut
 Profil  
Répondre en citant le message  
MessagePosté: Dim Juil 24, 2016 5:05 pm 
Hors ligne
Traducteur / Traductrice
Traducteur / Traductrice
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Lun Aoû 18, 2008 7:21 pm
Messages: 2449
Localisation: Littoveralt
Quel optimisme !
Ce n'est tout de même pas TOUTE la société norvégienne qui est comme ça... :peur

_________________
:neige


Haut
 Profil  
Répondre en citant le message  
MessagePosté: Lun Juil 25, 2016 4:44 am 
Hors ligne

Inscription: Mer Aoû 26, 2015 1:43 pm
Messages: 269
Oui, bien sûr, on peut espérer qu'il y ait toujours çà et là, comme dans Den brysomme mannen, quelques esprits rebelles, réfractaires...
Mais dès la fin du XIXe siècle, Hamsun avait déjà pointé chez ses concitoyens cette propension au politiquement correct. (Et je crains que le pétrole n'ait pas été de nature à arranger les choses, l'argent n'arrange jamais rien, mais au contraire ait, en plus, pu développer chez eux un insupportable côté "enfant gâté".)
De toute façon, à l'heure de la mondialisation, presque plus aucune société n'est épargnée par la standardisation des esprits : course effrénée à l'argent, à la réussite, triche généralisée, esprit de compétition, culte de la performance et de l'apparence, sentimentalisme et inculture... (C'est bien le sujet du film ?)
Si nos sociétés, de Nice à Munich, n'étaient devenues des machines à désespérance, les voix mortifères ne rencontreraient aucun écho parmi leurs propres enfants...


Haut
 Profil  
Répondre en citant le message  
MessagePosté: Ven Juil 29, 2016 7:50 pm 
Hors ligne
Traducteur / Traductrice
Traducteur / Traductrice
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Lun Aoû 18, 2008 7:21 pm
Messages: 2449
Localisation: Littoveralt
Pour ma part je mets ce côté très conformiste de la plupart des Norvégiens sur le compte de leur histoire. Au fond, une fois l'époque viking terminée, la Norvège a beaucoup plus été dans le camp des dominés que des dominants, et l'occupation danoise surtout a été terrible pour ça. La noblesse locale remplacée goutte à goutte, mais impitoyablement par des Danois... l'imposition du luthéranisme... l'oppression linguistique et culturelle. Sous la tutelle suédoise c'était moins pernicieux mais encore très infantilisant.

_________________
:neige


Haut
 Profil  
Répondre en citant le message  
MessagePosté: Dim Juil 31, 2016 7:08 am 
Hors ligne

Inscription: Mer Aoû 26, 2015 1:43 pm
Messages: 269
Snøball a écrit:
Quel optimisme !


Non, je ne suis pas vraiment optimiste quant à l'avenir de nos sociétés. Norvégienne ou française...


Haut
 Profil  
Répondre en citant le message  
MessagePosté: Mar Aoû 02, 2016 7:56 am 
Hors ligne

Inscription: Mer Aoû 26, 2015 1:43 pm
Messages: 269
Ces derniers temps, j’ai enfin lu Ringen Sluttet le dernier, l’ultime roman de Knut Hamsun, paru en 1934, soit plus de quarante ans après La Faim.
Malheureusement, je n’ai pu le lire que dans sa traduction française de Régis Boyer (titre français : « Le Cercle s’est refermé ») car il semble que le titre soit actuellement indisponible en norvégien dans une édition courante abordable.
Ainsi le cercle s’est refermé, la boucle est bouclée, je dirais : nous retrouvons enfin après toute la galerie de personnages avides, cupides, parvenus, truqueurs, inventifs, un peu escrocs que Hamsun a dépeint au fil de son œuvre, le héros hamsunien des toutes premières œuvres, certes fatigué et désabusé mais lucide, peut-être apaisé, sous les traits d’Abel Brodersen, le fils du gardien du phare qui revient d’Amérique…
Il a définitivement renoncé. A vouloir changer le monde et les êtres, comme autrefois Nagel dans Mystères. A vouloir même être quelqu’un. A laisser une trace. Même à vouloir faire seulement quelque chose.
« Qu’as-tu fait aujourd’hui, Abel ? lui demande-t-on…
« _Rien. »
C’est l’incompréhension ! Les schémas mentaux ne sont pas prêts à accepter ça, à saisir ça, à comprendre. Qu'on puisse ne rien faire. Hier comme aujourd’hui ! On me disait encore il y a peu : « moi, je ne pourrais pas rester sans rien faire… »
Une œuvre remarquable ! Très actuelle à l'heure où chacun doit absolument se sentir obligé de faire quelque chose, de devenir quelqu'un !
(Si quelqu'un a la possibilité de trouver le titre en norvégien, je suis preneur.)


Haut
 Profil  
Répondre en citant le message  
Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 56 messages ]  Aller à la page Précédente  1, 2, 3, 4  Suivante

Heures au format UTC


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 3 invités


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages

Rechercher:
Aller à:  
cron
Développé par phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction par phpBB-fr.com