Lecture : Piège à loup de Gunnar Staalesen - Norvège Actualité

Norvege-fr.com

Lecture : Piège à loup de Gunnar Staalesen

Avec "Piège à Loup", Gunnar Staalsen signe chez Gaïa Éditions, le 17ème épisode des aventures de Varg Veum, le privé norvégien le plus populaire. Elgar l'élan - mascotte de Norvege-fr.com - vous donne son avis sur ce dernier opus extraordinairement bien ficelé !

Une fois n'est pas coutume, c'est un enquêteur sobre que nous retrouvons dans ce volet pour faire face à de graves accusations. Varg Veum va devoir enquêter pour s’innocenter alors que tout le désigne coupable.

Le roi du polar norvégien, originaire de Bergen, situe son nouveau roman dans les bas fonds de Bergen dans le milieu de la pédopornographie. Jeté en prison dès le début de l'histoire, Varg Veum va devoir faire appel à sa mémoire pour essayer de se sortir de cette situation cauchemardesque. Comment, avec un passé dans la Protection de l'enfance, Varg Veum pourrait-il faire partie d'un vaste réseau international de pédopornographie ? Comment faire pour se disculper en étant en prison et que ses souvenirs sont quasi inexistants depuis les trois dernières années passées sous l'emprise de l'alcool ? A quel degré, ce novice en informatique est-il impliqué ? C'est une véritable course contre la montre qui débute pour le privé norvégien. Au fil des chapitres, l'auteur alterne différents temps de narration pour dénouer peu à peu le piège tendu à son personnage. Avec une précision chirurgicale, Gunnar Staalsen décrit une fois de plus les ruelles de Bergen et l'atmosphère qui s'y dégage. Si vous connaissez un peu Bergen, il ne vous sera pas difficile d'imaginer les scènes.

Âmes sensibles s'abstenir ! Dans ce roman, des sujets comme la prostitution, la pédopornographie, la pédophilie et le cybercriminalité sont le fond de l'histoire et peuvent choquer ou déranger. Néanmoins si vous êtes fan du privé norvégien, vous serez emportés par cette histoire très sombre. Il y a tellement de protagonistes que vous allez avoir envie de mener votre propre enquête pour ne pas perdre le fil ! Une histoire extraordinairement bien ficelée !

"Le Chandler norvégien"
Jo Nesbø


"Le Chandler norvégien" comme le nomme Jo Nesbø fait référence à Raymond Chandler, écrivain américain, auteur des romans policiers ayant pour héros un détective privé. Son influence sur la littérature policière moderne, et tout particulièrement le roman noir, est aujourd'hui incontestable. Son style, alliant étude psychologique, critique sociale et ironie, a été largement adopté par plusieurs écrivains du genre.



"Piège à loup" de Gunnar Staalesen traduit du norvégien par Alex Fouillet
Tôt un matin, le détective privé Varg Veum est arrêté par la police et placé en détention. Le motif ? Des traces dans son ordinateur font de lui le membre d’un vaste réseau Internet de pédopornographie.
Comment est-ce possible ? Qui a trafiqué son matériel ? Et pourquoi ?
De sa cellule, Varg passe en revue ces trois dernières années, marquées par le deuil de son grand amour, une perte qui l’a plongé dans une spirale d’autodestruction. Sa situation désespérée vire à la course contre la montre. Varg, plus loup solitaire que jamais, doit faire face à deux défis : 1/ sortir de prison, 2/ trouver qui essaie de le broyer.
L’enquête la plus personnelle et la plus difficile de sa carrière : son propre cas.


Dans le cadre du Festival les Boréales, Gunnar Staalesen a participé le 15 novembre 2019 au débat sur l’influence des évolutions technologiques dans la construction d'un récit policier et de la nouvelle place de la cybercriminalité dans le genre. A noter que la Norvège est à l'honneur pour cette 28ème édition du 14 au 24 novembre 2019. Il est encore temps de vous inscrire aux différents évènements. Découvrez le programme !

Source de l'information : Gaïa Editions
Article rédigé par : Laëtitia
Copyright photo : Norvege-fr.com

Cet article a été écrit exclusivement pour Norvege-fr.com. Vous êtes autorisé à le diffuser uniquement partiellement et sous réserve d'ajouter le lien vers cette publication.

Autres Articles "culture"

Vos commentaires