Snøhetta Signe le Nouveau Musée Kon-Tiki à Oslo - Norvège Actualité

Norvege-fr.com

Snøhetta Signe le Nouveau Musée Kon-Tiki à Oslo

Le cabinet d'architecture Norvégien Snøhetta a dévoilé son projet de rénovation du musée Kon-Tiki d'Oslo. Le nouveau musée sera conforme à l'esprit aventurier de Thor Heyerdahl et à sa volonté de promouvoir la compréhension interculturelle et le respect des ressources naturelles de la Norvège. Le nouveau musée devrait ouvrir ses portes à Oslo en 2025.

Le Musée Kon-Tiki, l’un des musées les plus visités de Norvège


Situé sur la péninsule boisée de Bygdøy à Oslo, le musée Kon-Tiki est l'un des musées les plus visités de Norvège. Plus de 70 % de ses visiteurs viennent de l'étranger pour prendre part aux aventures historiques de Thor Heyerdahl. Le Musée Kon-Tiki a été créé à Oslo, en Norvège, à la suite de la sensationnelle expédition Kon-Tiki de Thor Heyerdahl, mondialement connue, en 1947.

Le bâtiment original a été construit en 1957 pour le radeau Kon-Tiki et agrandi en 1978 avec la partie RA II. Sur le plan technique, la partie la plus ancienne a désespérément besoin d'être rénovée, avec des structures en béton non isolées et de graves fuites d'eau dans les sous-sols.

**Photo du Kon-Tiki prise au musée du Kon-Tiki à Bygdøy @Norvege-fr.com**

Un nouveau musée en l'honneur de l'esprit d'aventure de Thor Heyerdahl


Le cabinet d'architecture Norvégien Snøhetta, déjà connu pour avoir réalisé le design de l'Opéra d'Oslo, le premier immeuble à énergie positive à Porsgrunn, l'Hôtel Svart au nord du cercle polaire en Norvège ou encore le siège du groupe Le Monde en France, a dévoilé les plans pour le musée du Kon-Tiki. À l'automne 2020, Snøhetta a réalisé une étude pour la rénovation du Kon-Tiki Museum. L’idée étant de transformer le musée, tout en gardant l'esprit aventurier de Thor Heyerdahl. Prévues pour ouvrir en 2025, la revitalisation du bâtiment existant et sa nouvelle extension permettront aux visiteurs de découvrir et d'explorer un patrimoine culturel inégalable qui se reflète dans le contexte d'aujourd'hui.

**Illustration @Snøhetta**

Le musée Kon-Tiki abrite un large éventail des travaux de Thor Heyerdahl, depuis son premier voyage sur l'île pacifique de Fatu Hiva et l'exploration de l'île de Pâques jusqu'à ses voyages avec Kon-Tiki, le Râ, le Râ II et le Tigre. Malgré la disparition de Thor Heyerdahl en 2002, ses pensées, ses idées et ses recherches sont toujours vivantes, tant à l'intérieur qu'à l'extérieur du musée.

Un jardin créé pour l'exploration


Dans le véritable esprit de Heyerdahl, le nouveau musée Kon-Tiki vise à éveiller la curiosité et le désir d'exploration des personnes, en particulier des enfants. Un grand jardin verdoyant, entouré d'arbres à l'est et à l'ouest, crée un espace intime et contemplatif. Le jardin est créé pour l'exploration, tout en étant bien adapté à des événements et des rassemblements plus importants.

La nouvelle pièce maîtresse du musée abritera un grand auditorium polyvalent à son extrémité, avec des vues spectaculaires sur le jardin et le ciel. Ce lieu dédié aux jeunes et aux moins jeunes, permettra d’échanger sur les défis à relever comme l’importance de réduire notre consommation et la préservation de nos océans.

**Illustration @Snøhetta**

Un explorateur passionné par la nature et les animaux


Thor Heyerdahl s’intéressait à la préservation de la nature. Il était préoccupé par la surconsommation et passionné par la création d'un monde plus durable.

« Dans ce projet avec Snøhetta, nous renforçons le célèbre héritage de Thor Heyerdahl ; de l'écoute d'une curiosité insatiable à la défense des questions environnementales et de la durabilité. Thor Heyerdahl était un homme résolu et fascinant qui a réalisé son rêve d'explorer le monde », déclare Martin Biehl, directeur du musée Kon-Tiki.

Le cabinet Snøhetta a fixé des objectifs de durabilité ambitieux pour le nouveau musée. Il vise à réduire les émissions totales de CO2 du bâtiment grâce à l'utilisation de matériaux économes en énergie, à la réutilisation et à une vision holistique du cycle de vie du bâtiment.

« Nous examinons soigneusement tout ce qui peut être réutilisé. Notre objectif est ainsi d'éviter la surconsommation et de préserver de manière réfléchie le caractère unique d'un musée visité par 200 000 personnes chaque année. La curiosité par l'architecture peut être encouragée par la création d'espaces et de flux qui libèrent suffisamment d'espace mental pour que chaque visiteur, jeune ou adulte, puisse profiter de ses propres réflexions tout en se promenant », déclare Astrid Renata Van Veen, chef de projet, architecte, Snøhetta Oslo.

**Photo de Astrid Renata Van Veen @ Susanne A Fiines**

Mme Van Veen se souvient de sa visite du musée Kon-Tiki lorsqu'elle était enfant : « Les expéditions de Thor Heyerdahl et de son équipe semblaient presque trop aventureuses pour être vraies. Thor Heyerdahl était comme un adulte qui faisait des choses auxquelles les enfants pouvaient s'identifier parce que ses méthodes étaient simples. La visite du musée était magique et effrayante. Je suis sûr que tous les enfants se souviennent du requin-baleine menaçant sous le radeau. Même en tant qu'adulte, je trouve tout à fait fascinant et engageant de marcher dans la sombre réplique artificielle de 30 mètres de long d'une grotte de l'île de Pâques.»

Qui était Thor Heyerdahl ?


Thor Heyerdahl est né en 1914 à Larvik. Dès sa plus tendre enfance, il est un amoureux enthousiaste de la nature. Sa mère, qui dirige le musée local, le pousse à s'intéresser à la Zoologie et la Nature. Alors qu'il est encore à l'école primaire, il tient un mini musée zoologique chez lui. Il s'inscrit ensuite à l'Université d'Oslo où il se spécialise en Zoologie et en Géographie. Thor Heyerdhal n'a jamais voulu être considéré comme un scientifique pur. Il s'est intéressé à l'archéologie, la mythologie, la botanique, l'océanographie et l'anthropologie, ce qui eut le don d'agacer certains académiciens de l'époque encore enfermés dans les limites d'une seule et unique discipline.

Après la guerre, les théories de Thor Heyerdhal se heurtent à un mur de résistance des académiciens. Pour leur prouver, Thor Heyerdhal décide de construire une réplique de radeau aborigène, qu'il baptise le Kon-Tiki du nom d'un héros pre-inca. Le radeau est simplement constitué de 9 troncs de balsa importés d’Équateur, assemblés uniquement au moyen de cordes, et est surmonté d'une cabane recouverte de nattes. L'armée américaine lui fournit des équipements. Le 28 avril 1947, il quitte Callao au Pérou avec 5 compagnons pour un voyage dangereux. Les explorateurs dépendent totalement de la mer et du ciel pour se nourrir et boire et le radeau s'imprègne peu à peu d'eau. Malgré tout, après une traversée de 8.000 km en 101 jours, ils arrivent dans l'atoll de Raroia, dans l'archipel des Tuamotu. Les cordes liant les troncs de balsa ont résisté à deux tempêtes. Grâce aux planches centrales, le radeau se laissait diriger relativement facilement. Plus tard, Thor Heyerdhal prouvera même grâce à des expériences complémentaires que ce type de radeau peut même être dirigé contre le vent.

Ce voyage n'est pas une preuve définitive que les premiers habitants de la Polynésie venaient effectivement d'Amérique du Sud, mais il démontre que c'est une possibilité. L'expérience démontre que les premières cultures péruviennes possédaient d'excellentes connaissances marines. Le récit de ce voyage (The Kon-Tiki Expédition, 1948) se vend à des millions d'exemplaires et le film documentaire gagne un Oscar. Conscient qu'il doit donner un cadre scientifique à son aventure, Thor Heyerdhal travaille deux ans sur l'ouvrage American Indians in the Pacific (1952). Certains collègues le critiqueront pour avoir sélectionné les preuves qui lui convenaient pour étayer sa théorie.

**Photo de la représentation du bureau et de Thor Heyerdhal en cire prise au musée du Kon-Tiki à Bygdøy @Norvege-fr.com**

Le Kon-Tiki est l'attraction principale du musée, mais celui-ci contient également des expositions sur les autres expéditions menées par Heyerdahl, en particulier son séjour sur l’île de Fatu-Hiva en 1937-38, sa campagne de recherche sur les îles Galapagos en 1953, ses fouilles archéologiques sur l'île de Pâques en 1955-56 ou encore ses expéditions Ra et Ra II en 1969 et 1970.

Le musée Kon-Tiki d'Oslo expose le radeau en balsa Kon-Tiki et le radeau en papyrus Ra, bien conservés, ainsi qu'une grande collection de découvertes archéologiques issues des expéditions de Thor Heyerdahl.

Source de l'information : Visit Oslo
Article rédigé par : Laëtitia
Copyright photo : Snøhetta

Cet article a été écrit exclusivement pour Norvege-fr.com. Vous êtes autorisé à le diffuser uniquement partiellement et sous réserve d'ajouter le lien vers cette publication.

Autres Articles "tourisme"

Vos commentaires